Comment perdre du poids sans régime ?

Perdre du poids sans régime, mythe ou réalité ?
C’est ce que l’on va voir ensemble aujourd’hui.
Beaucoup de personnes font systématiquement un régime pour perdre du poids. 95% d’entre elles échouent. Ca peut paraître élevé, mais ce chiffre impressionnant montre bien l’absurdité du phénomène.
On fait un régime pour perdre du poids, mais un régime restrictif implique nécessairement que c’est quelque chose de temporaire. Donc lorsqu’on arrête et qu’on remange la même malbouffe qu’avant, on ne peut QUE reprendre tout le poids que l’on avait. C’est aussi simple que cela.
À travers cet article, je vais vous montrer toutes les stratégies simples et éprouvées pour perdre du poids sans régime !

Reconnaître la faim

La première chose à faire, qui est la base de la base, c’est de savoir reconnaître la faim.
Je vous l’accorde, ça peut paraître évident, mais ça ne l’est pas.
Ce n’est pas chose facile dans notre société où la plupart des gens sont coupés de leur corps.
Je croise de nombreuses personnes qui n’écoutent jamais les signaux que le corps leur envoie : ils prennent des médicaments pour masquer une douleur, ils mettent des crèmes pour masquer des boutons, ils refusent de ressentir les signaux désagréables…

Par conséquent, c’est pareil pour la sensation de faim. La plupart des gens confondent faim et envie. C’est la pire erreur que l’on peut faire.
L’envie, c’est quand on se balade dans la rue et qu’on sent une odeur de pain au chocolat, on a envie de manger, mais ce n’est pas la faim. Le corps ne veut pas qu’on lui donne de la nourriture, c’est la tête qui est stimulée par les odeurs et qui veut que vous mangiez ce pain au chocolat.
L’envie est cérébrale alors que la faim est un signal normal du corps.

Lorsque vous avez juste une envie, ne mangez pas, c’est de la nourriture en trop pour votre corps.
Le seul moment où vous devez manger, c’est quand vous avez faim.

Voilà pourquoi les 3 repas par jour sont un mythe. Non il ne faut pas manger matin, midi et soir. Il faut manger quand vous avez faim. Il n’y a aucune base scientifique qui justifie les 3 repas par jour et encore moins le « petit déjeuner obligatoire ». Vous n’avez pas faim le matin ? Ne mangez pas. Vous n’avez pas faim le midi ? Ne mangez pas.
Rien ne vous empêche de faire vos repas aux heures qui vous chantent.
Vous devez donner de la nourriture à votre corps quand il vous la demande.
Cela n’a pas de sens de lui en donner quand il n’en veut pas.

C’est la même chose pour la soif, la fatigue et pour les émotions.
Certaines personnes confondent la sensation de soif avec la faim. Elles mangent alors que leur corps demande de l’eau, ça n’a aucun sens.
Lorsqu’on est fatigué, on peut aussi avoir tendance à manger alors que ce n’est pas cela que le corps demande : ce qu’il veut, c’est se reposer !
Et pour les émotions c’est le même principe. On peut avoir l’impression de ressentir de la faim lorsqu’on est frustré, lorsqu’on est énervé, mais ce n’est pas de la faim, c’est une émotion. Et une émotion ne s’exprime pas en mangeant !
On ne noie pas les émotions dans la nourriture.

Donc apprenez à véritablement écouter votre faim, sautez un ou deux repas s’il le faut pour vraiment apprendre ce qu’est la sensation de faim. Et là vous ressentirez vraiment ce que c’est.

Écouter son corps

Comme je le disais dans la partie précédente, la plupart des gens n’écoutent pas leur corps.
Ils sont complètement coupés de celui-ci. Voilà pourquoi il est important de prendre conscience de ce qu’il s’y passe.
En écoutant son corps, on arrive à comprendre les besoins de celui-ci et on peut alors y répondre.
En ne l’écoutant pas, on veut faire taire les signaux qui veulent juste signifier un besoin et en ne le satisfaisant pas, il y aura un signal ailleurs.
Par exemple, si j’ai mal au ventre après un repas et que systématiquement je prends un médicament pour que ça passe, le corps va trouver une autre manière de me dire qu’il y a quelque chose qui cloche dans mon alimentation et qui ne lui convient pas.
Ca peut être des maux de tête ou des vomissements par exemple.
Le corps va de plus en plus amplifier les signaux au fur et à mesure qu’on ne l’écoute pas.
C’est comme un enfant qui n’est pas content, il va crier de plus en plus fort pour être entendu.

Pour apprendre à écouter votre corps, je vous propose un exercice simple.
Avant le repas, posez-vous sur une chaise et ressentez votre corps. Y a-t-il des zones où vous avez des sensations désagréables ? Des douleurs ? Une lourdeur ? Y a-t-il des zones que vous sentez plus légères ?
Sentez ce qu’il s’y passe.

Pendant le repas, mettez également vos sens vers l’intérieur en étant attentif à comment vous mangez. Est-ce que vous mâchez suffisamment ? Est-ce que vous mangez trop vite ? Est-ce que les aliments que vous mangez vous rassasient ? Vous donnent du plaisir ? Vous font culpabiliser ? Ressentez tout cela.

Après le repas, refaites un bilan et vous saurez si vous mangez de la bonne façon.
Si vous vous sentez lourd, que vous avez des ballonnements, des douleurs, c’est qu’il y a quelque chose que vous faites qui ne convient pas à votre corps.
Cela vous permettra de tester différentes choses : enlevez certains aliments que vous soupçonnez vous causer des troubles, mangez plus lentement, mâchez plus, posez votre fourchette… Faites des tests qui vont vous permettre d’améliorer cela.
Rien qu’en faisant cela, les résultats sur votre poids seront impressionnants.

Une bonne façon d’apprendre à écouter votre corps est de pratiquer la méditation. 5 ou 10 minutes par jour suffisent, pas besoin de plus. La régularité compte plus que la durée de votre séance.
Asseyez-vous simplement sur une chaise et ressentez votre corps, ce qu’il s’y passe, quels sont les signaux qu’il vous envoie.

Prévoir les écarts

En voilà une partie que j’aime ! Et que vous allez aimer aussi.
Les écarts, contrairement à ce qu’on peut entendre parfois, sont très importants.
Il ne s’agit pas de les laisser à la trappe ou de se les interdire. Non, certainement pas.
Les écarts ont une place prépondérante, surtout dans une perte de poids !
Cela peut paraître paradoxal, je vous l’accorde, et pourtant c’est la réalité.

Les écarts sont nécessaires pour le côté agréable qu’ils apportent.
Attention, je ne parle pas de compulsion alimentaire !
Se jeter sur la tablette de chocolat et la terminer en 2 min top chrono n’est pas un écart, c’est une compulsion alimentaire. Comme un drogué.
Non, un écart intelligent est prévu à l’avance, il est conscientisé, accepté et on fait tout pour en profiter au maximum.

La dimension plaisir est pour moi primordial. Si dans l’écart il n’y a pas de plaisir, c’est une compulsion suite à laquelle on regrette et on culpabilise. Ce n’est pas une bonne stratégie.
Lorsque vous voulez faire des écarts intelligemment, prévoyez-les sur votre calendrier.
Prévoyez que le samedi soir vous allez au restaurant manger votre plat favori.
Prévoyez que vous allez faire votre gâteau préféré.

L’idée est d’anticiper cet écart à l’avance afin d’en profiter au maximum.
Comme vous savez que vous allez vous faire plaisir sur un aliment ou un plat que vous ne mangez pas en temps normal, vous serez beaucoup moins enclin de craquer sur la nourriture au quotidien.
Cet écart programmé à la fin de la semaine est en quelque sorte votre récompense pour avoir bien mangé toute la semaine !

Lorsque vous faites votre écart, faites-le en pleine présence. Profitez-en avec tous vos sens !
Le plaisir sera décuplé.
Enfin, je vous invite à faire des écarts de qualité. À savoir pas de fast-food ou d’aliment de qualité médiocre. Faites des écarts classes ! Une pizza bio, un bon restaurant, un gâteau fait avec des produits de qualité.
C’est d’autant plus gratifiant que vous savez que c’est quand même de bons aliments que vous mettez dans votre corps, même si la quantité est trop importante ou qu’il y a un peu trop de miel ou de chocolat.
C’est un écart donc ce n’est pas tous les jours, alors faites-vous plaisir !

Tenir un journal

Je vous suggère de tenir un journal, c’est hyper important.
Pourquoi ?
Parce que les études scientifiques ont constaté que les personnes obèses sous estimaient très largement ce qu’elles mangeaient au cours d’une journée.
Et le simple fait de tenir un journal de tout ce qui passe par la bouche a permis a des obèses de diminuer considérablement les quantités ! Oui, simplement en faisant cela.

Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les résultats d’études scientifiques sérieuses !

Je ne peux donc que vous encourager à tenir un journal de ce type.
Pour rajouter à l’efficacité de ce journal, je vous suggère aussi de noter vos émotions.
Notez comment vous vous sentez avant, pendant et après le repas. Quelques mots suffisent.
Vous pourrez ainsi remarquer les tendances générales. Vous allez pouvoir mettre le doigt sur ce qui vous fait grignoter, ou ce qui vous fait manger trop.
Vous allez pouvoir aussi constater les repas où vous vous sentez mal et le type d’aliments qui a contribué à cela.
Vous allez donc voir que certains aliments ne vous conviennent pas, par exemple.
Vous pourrez aussi constater que vous avez tendance à manger de plus grosses quantités au repas du soir par rapport au repas du midi par exemple.

En clair, cela va mettre de la conscience dans ce que vous faites, et cela ne peut amener que du bon. Parce qu’une fois que vous avez conscience de la chose, vous pouvez la changer !

Faire un plan alimentaire

Le dernier conseil hyper important que je peux vous donner, c’est de vous prévoir un plan alimentaire pour la semaine.
Pour cela, il est bon que vous ayez quelques livres de recettes saines sous la main.
Feuilletez ces livres de recettes en fin de semaine et sélectionnez une dizaine de recettes que vous voulez faire pour la semaine d’après.
Notez-les et faites votre liste de courses en fonction des ingrédients de ces recettes.
Puis vous avez simplement à faire vos courses de cette façon.
En ayant votre liste de courses pour faire de bonne recettes, vous serez beaucoup moins tenté d’acheter des choses dont vous n’avez pas besoin.

Il ne vous reste plus qu’à répartir les recettes sur la semaine en fonction du temps que vous avez et des repas que vous faites à domicile.
Je vous conseille de faire des quantités plus importantes que pour un seul repas, ainsi vous aurez des restes au vous aurez moins besoin de cuisiner, juste de réchauffer.
Une autre astuce, et non des moindres, c’est de préparer un maximum de plats le dimanche après-midi. Vous prenez 2 ou 3 heures de votre temps et vous cuisinez tous les plats de la semaine. Ainsi, vous gagnerez un temps phénoménal sur la semaine à long terme !
Vous n’aurez plus qu’à réchauffer si besoin.

Voilà, vous avez tout ce qu’il vous faut pour perdre du poids. Sans régime. Sans frustration. Sans restriction. Juste des principes simples et efficaces.

À vous de jouer, vous m’en direz des nouvelles ! Par quoi allez-vous commencer ? Dites-le moi en commentaire !

Par Fabien, anti-régime

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *